• Mianda

Le Corps et la Pensée

Dernière mise à jour : 6 avr. 2020

Par un beau jour d’été, l’Âme avait accouchée.

Une beauté était née, qui s’appelait Pensée.

Pleine de volonté, elle était agitée.

En toute tranquillité, l’Âme restait apaisée.

Les deux se complétaient.

Pensée voulait courir.

L’Âme voulait s’épanouir.

Mais, d’un claquement de doigt, le Corps arriva.

Pensée s’arrêta et son cœur elle gagna.

Il est amoureux, souffla l’Âme à sa Pensée.

Pensée semblait anxieuse, l’Âme était chaleureuse.

Pensée ne voulait pas d’une histoire romancée.

Le Corps était conquis.

Mais Pensée l’avait banni.

« Je suis trop ambitieuse pour tomber amoureuse. »


Après quelques temps Pensée avait grandie.

Elle avait peu d’ami et sombrait dans l’oubli.

L’Âme la regarda et Pensée lui demanda :

« Comment fais-tu pour être heureuse ? ».

La demoiselle était songeuse.

« Je passe ma vie à méditer, répondit l’Âme à Pensée.

Pensée resta silencieuse. Elle semblait malheureuse.

« J’ai souvent mal à la tête, lui dit Pensée insatisfaite. Avant je n’avais pas ça, reprit Pensée d’un air béat. »

L’Âme regarda Pensée qui lui semblait épuisée.

« J’aime aussi beaucoup danser, déclara l’Âme à sa Pensée.

-Mais mon corps me ralentit, dit Pensée toute endormie. »

Puis un jour Pensée comprit qu’elle avait besoin de lui.

« Mon corps m’aide à penser, s’écria-t-elle enjouée.

- Va donc le retrouver, lança l’Âme à sa Pensée.

Elle se trouvait embêté.

« Je lui ai fais du mal », déplorait alors Pensée.

Elle se mit à pleurer et l’Âme vint la consoler.

« J’ai oublié mon corps, dit Pensée avec remords.

-Quand a-t-il disparu ? Demanda l’Âme apaisée.

- Quand j’ai pensé trop fort, dit Pensée toute embêtée. »

Puis l’Âme et sa Pensée se mirent à méditer.

Et le corps de la Pensée arriva tout enjoué.


#poesie

#meditation

#mianda

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Dans l’actuelle réserve du Masaï Mara, en plein cœur de la savane kenyane vivait, à une époque lointaine, une population de lions sédentaires. Parmi elle, un lion se distinguait. On l’appelait le lion

Le goût amer est comme la mer Salé et océanique Il nous perd de sa profondeur déstabilisante Il nous titille sans pour autant nous satisfaire Il nous frustre de sa saveur presque insipide Nauséabonde

Au pays des cristallins, la vie était haute en couleurs. On chantait pour se dire bonjour, on dansait pour se dire aurevoir. Ce matin-là, alors que tout le monde était en route pour l’école de raffine