• Mianda

Le petit prince charmant

Il était une fois un petit prince charmant.

Il était très gentil mais était très timide.

De sa petite cachette, il voyait les princesses.

En secret il était amoureux.

La Princesse de Laba il observait.

Belle comme la cannelle, douce comme la vanille.

Elle rayonnait comme le soleil.

Il rêvait de l’épouser.

Mais il avait si peur.

Il n’était pas à la hauteur.

Elle semblait si loin. Elle était distante.

La petite princesse était toujours bien habillée, toujours bien maquillée.

Souvent émerveillée, rarement intimidée. Elle était raffinée en authenticité.

Le petit prince charmant était fol amoureux.

Un jour, le petit prince charmant voulu sortir de sa cachette.

Il était impressionné.

Il redoutait l’échec.

Est-ce qu’elle va me voir ? Suis-je assez fort pour elle ?

La princesse l’aperçût.

Les papillons s’envolèrent.

Le soleil frappa fort.

Ne pouvant pas parler, il se mit à chanter.

La princesse tourna la tête.

Il se mit à pleurer.

Un autre jour il se mit à danser.

La princesse tourna le dos.

C’est comme s’il jouait du violon.

Le petit prince charmant était découragé. Il ignorait quoi faire.

De son côté aussi, la princesse pleurait.

Si je n’ai pas d’amoureux je ne suis pas une princesse.

Le temps passa, le vent souffla.

La petite princesse avait cueilli des fleurs.

Au printemps, la princesse pensa.

Où était ce petit prince qui de loin m’observait ?

Elle se mit à pleurer.

Pourquoi n’ai-je pas de prince charmant ?

C’est parce que tu es jeune lui souffla alors le vent.

Mais j’ai peur de vieillir, pensait la princesse.

Mûrir ! Lui souffla le vent.

Puis une rose arriva.

Pendant ce temps, le petit prince charmant avait bien changé.

Il n’était plus charmant, il était séduisant.

Toutes les princesses tournaient autour de lui.

La princesse de Laba regardait.

Puis elle pensa en souriant.

Je ne suis plus une princesse, je suis une Reine maintenant !



13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Dans l’actuelle réserve du Masaï Mara, en plein cœur de la savane kenyane vivait, à une époque lointaine, une population de lions sédentaires. Parmi elle, un lion se distinguait. On l’appelait le lion

Le goût amer est comme la mer Salé et océanique Il nous perd de sa profondeur déstabilisante Il nous titille sans pour autant nous satisfaire Il nous frustre de sa saveur presque insipide Nauséabonde

Au pays des cristallins, la vie était haute en couleurs. On chantait pour se dire bonjour, on dansait pour se dire aurevoir. Ce matin-là, alors que tout le monde était en route pour l’école de raffine